Quatre saisons

On n’a plus les saisons qu’on avait

Une photo en neige folle de janvier
Plus exotique que février sur une plage chaude
Mars se prend pour le printemps de Vénus

On n’a plus les saisons qu’on avait

Avril se coud de fil de fil d’apocalypse
Pleure le ciel inondé du mois de mai
Juin expire son haleine familière de festival brûlé

On n’a plus les saisons qu’on avait

L’hécatombe échelle de justesse à juillet
Enveloppe août dans sa canicule ordinaire
Septembre hésite à laisser rougir les feuilles

On n’a plus les saisons qu’on avait

Octobre migre sans les monarques détrônés
Fuyant novembre qui n’en peut plus
De voir les bourgeons confus sortir de décembre

On n’a plus les saisons qu’on avait